Weismiess, 2013.

Des montagnes de questions, le guide des réponses.

 

Florilèges de questions que j’entends très souvent:

Pourquoi prendre un guide?

Premièrement, un guide maximise vos chances de réussites et minimise fortement les risques liés à la montagne. Mais c’est loin d’être tout: un guide prend en charge les détails logistiques, un guide trouvera une course qui correspond à votre envie et votre condition physique, un guide vous permettra de trouver plus facilement un plan B en cas de météo douteuse, un guide vous permet de ne penser qu’au plaisir d’être en montagne sans le stress de la gestion de course, il vous conseillera également sur votre préparation physique, il vous fera progresser en vous donnant des conseils techniques, il pourra également vous amener à l’autonomie si vous le désirez, enfin, il pourra, si nécessaire, vous insuffler la motivation pour atteindre votre sommet.

Bref, vous l’avez compris, les guides sont des sur-hommes…

Un guide doit-il avoir déjà fait la course pour pouvoir y emmener des clients?

Un guide de haute montagne, ce n’est pas comme un guide de musée, il n’a pas besoin d’avoir étudié chaque caillou de la voie pour la parcourir avec des clients. Un guide de montagne est formé pour anticiper les risques en montagne et mener en toute sécurité une cordée dans un environnement hostile.

J’ai d’ailleurs une préférence à emmener des clients sur des itinéraires que je ne connais pas car la découverte joue un rôle positif en terme de concentration, motivation et remise en question permanente. Rappelons que les accidents arrive souvent dans des endroits très familiers.

Quelle condition physique pour aller en montagne?

La condition physique est à mon sens l’élément fondamental pour se faire plaisir en montagne. Une bonne condition physique vous permet d’avoir une marge qui vous permet de profiter, d’admirer et accessoirement, d’arriver au sommet!

Mais qu’est ce qu’une bonne condition physique?

Difficile question, car tout le monde a des repères différents mais essayons tout de même:

-En course à pieds: courir sans problème 1h-1h15 à une vitesse de 12km/h

-En vélo: des sorties de plus de 100km ne vous font pas peur.

-En randonnée: 1500m de dénivelée n’est pas un effort surhumain même avec un sac un peu lourd sur le dos.

-Vous avez l’habitude des longues journées de sports

Vous l’avez compris, en montagne, c’est l’endurance qui compte… Lentement mais longtemps! Evidemment, il existe des courses adaptées à la forme de chacun! La montagne n’est pas réservée à une élite mais plus vous serez en forme plus vous profiterez de la course.

Le bon matériel fait-il la différence?

Avoir un matériel adapté est synonyme de sécurité par contre rien ne sert d’avoir le matériel dernier cri. Les piolets d’il y a 10 ans sont aussi performants que ceux de maintenant. Gardez à l’esprit que trop de matériel ne sert à rien. Pour chaque course, je vous préciserai à l’aide d’une liste le matériel nécessaire.

Combien de personnes puis je prendre sur ma corde?

Le nombre de personnes que je peux emmener dépend essentiellement d’un seul facteur: la sécurité. En fonction de chaque course, ce facteur change. Voici quelques repères:

-Alpinisme initiation: jusqu’à 4 voire 5 personnes (Grand paradis, Aiguille du Tour, Roche Faurio, Rouies, etc)

-Alpinisme plus technique: 2 voire 1 seule personne (Ex: Mont-Blanc: 2 pers; Cervin: 1pers)

-Ski de rando: 7 personnes mais attention à veiller à l’homogénéité du groupe.

-Escalade: 2 personnes idéalement (possibilité jusqu’à 3-4 pers mais les objectifs seront adaptés)

-Cascade de glace: 2 personnes

-Via-Ferrata: jusqu’à 6 personnes.

Quelles aptitudes faut-il avoir pour faire de l’alpinisme?

Liste non exhaustive:

-le pied montagnard (agilité, débrouillardise)

-La caisse physique!

-la persévérance

-Aimer l’effort

En cas de mauvais temps, que se passe t-il?

Le mauvais temps est le facteur X! Heureusement, il est assez rare qu’un plan B ne soit pas possible. Donc, soit on change de massif pour trouver le soleil, soit on se rabat sur une ascension qui permet une incertitude météo, soit on annule et on reporte à une date ultérieure. L’aspect financier est à envisager au cas par cas.

 

 

 

© 2011-2019 Jean-Baptiste Deraeck All Rights Reserved -- Copyright notice by Blog Copyright