Le Mont-Blanc par les 3 Monts: Un itinéraire majeur

Pour conclure la belle semaine que nous avons eue avec Julie, Natacha, Stéphanie et Julien nous sommes partis pour atteindre le sommet des Alpes par la voie des 3 Monts.

A 4400m. Le Maudit est derrière nous.

Un itinéraire incroyable dans ce niveau de difficulté car il combine un cheminement majestueux sur un sommet prestigieux. Du vrai alpinisme à n’en pas douter. On notera que cette course requiert de très bonnes conditions sous peine de risques objectifs importants (séracs, crevasses, plaques à vent).

Mont-blanc

La face Est du Tacul. En bonne condition ce mois d’août.

Ce vendredi 7 août, les conditions et la météo sont parfaites. Nous nous extrayons de notre sommeil au refuge des Cosmiques à 01h00. Une courte et mauvaise nuit, rien de tel pour partir en pleine forme!

Mont-Blanc

Départ! il est 1h45… Natacha et Thomas, un peu endormis.

Thomas Arfi, guide niçois, aura sur sa corde Julie et Natacha quant à moi je serai avec Julien (dit « la chaudière », en rapport avec le volume sonore de sa respiration) et Stéfanie.

Aiguille du tour

Julien et ses trois suivantes…

La montée au Tacul se passe sans problème pour nous 6 même si déjà quelques cordées mal acclimatées font demi-tour. L’épaule du Mont Maudit, à 4400m, est barrée par une pente de glace très raide qui nous oblige à sortir toutes nos techniques apprises sur la Mer de Glace. 80m d’escalade de glace dans la nuit finit de nous réveiller. Le Mont-Blanc est en ligne de mire

Mont-Blanc

Julie et Natacha travaillent leur technique.

Derrière le Maudit, ce n’est tout de même pas fini: une descente, un faux plat puis le raide mur de la côte, encore un plat et enfin l’interminable montée finale. 4807m! OUF!

Mont-blanc

Julien, Stef et Jb au sommet du Mont-Blanc, le plus haut sommet du monde de France.

Un sommet majeur, un chouïa dénaturé par le monde (mais nous faisons partie de ce monde), mais un sommet néanmoins ultra-esthétique et imposant.

Reste la descente par la même voie qui demandera de la concentration et un peu d’abnégation pour julien, écartelé par Stef et moi, tous les deux pressés de retrouver le plancher des vaches.

aiguille du Tour

Tête Blanche en arrière plan.

Une bien belle semaine en bonne compagnie et dans un cadre incroyable. Et quand à la fin les « gros touristes » (surnom de la semaine pour le groupe) parlent d’autres sommets comme les sommets du Mont-Rose, on se dit que le Mont-Blanc ouvre la porte sur d’autres sommets et que de touriste on peut devenir alpiniste.

aiguille du tour

Sommet de l’aiguille du Tour pour la bande des « Gros Touristes ».

One Comment

  1. Julien dit "La Chaudière" says:

    Hey!
    un bien beau post à notre gloire! Enfin j’aurais aimé que tu parles aussi de mon superbe coup de piolet plutôt que de ma respiration bruyante !! (et puis d’abord j’ai une excuse pour ça!)
    Un grand merci pour cette belle semaine d’alpi! Conditions idéales, super ambiance, tout y était!
    A+

Leave a Comment

© 2011-2019 Jean-Baptiste Deraeck All Rights Reserved -- Copyright notice by Blog Copyright